coccinelle

 


Il y a bien longtemps que je n'avais pas utilisé l'image de Miss Aspho... Ce mois d'octobre 2017 est riche en aventures pour moi et je mesure la chance inouïe que j'ai de pouvoir faire tout ca...

Ce devait être un jeudi Poésie. Le coeur n'y est pas, n'y est plus...
Ce jeudi sera un peu différent, sans poésie, mais en pensant très fort à Lisa.

J'ai choisi de parler de mon aventure en Ouibus, tout en poème en soi, un billet léger pour faire sourire.

ouibus-pas-cher



A l'heure où ce billet sera publié, il y aura une semaine pile que j'arrivais place de l'Etoile à Strasbourg.

Après avoir hésité entre Flixbus et Ouibus, j'avais donc choisi la SNCF et ses cars Macron. Comme j'étais un peu juste en timing, le voyage de nuit était LA solution pour avaler les petites centaines de kilomètres qui séparent Lyon de Strasbourg.

OuiBus

Au départ de Perrache, le "capitaine" originaire d'Afrique du Sud, me prend en mains. Façon de parler. Il me confirme le numéro de ma place dans le car. Je m'installe. Avant de partir, les consignes drastiques : pas faire ci, pas faire ça, et patati et patata, avec l'accent caractéristique de là-bas, tout à fait incompréhensible à travers le micro. Pas grave, je n'ai pas besoin de ce genre de recommandations !

30 secondes plus tard, il cogne son car contre une borne. Il faut dire que sortir des rampes de descente et montée à la gare routière de Perrache est un véritable défi. Un gros bruit quand même, côté avant gauche... La roue en a-t-elle pris un coup ? Aïïïe... Bref, quelques coups de pied dans la carrosserie et nous partons. Il est 23 h 45. Zut, le tunnel de Fourvière est toujours fermé depuis qu'un gros molosse de camion a arraché une partie des panneaux... On fait un détour pour retrouver l'autoroute. C'est parti !

3/4 d'heure plus tard, "arrêt technique" pour le capitaine qui nous ferme dans le car. Ca dure 1/4 chrono... Bizarre, il aurait dû prendre ses dispositions avant de partir, hein, comme les passagers...

Je dors, nous dormons. 1 h 30, au micro le capitaine nous dit de préparer nos papiers d'identité. Devant le car, des couleurs crignottent, un véhicule de Douane nous précède ! Deux douaniers entrent dans le car, contrôlent les passeports (pas ma carte d'identité...), nous font descendre pour prendre nos bagages dans la soute et attendre à côté du bagage. Fouille des sacs restés dans le car, le mien aussi... Je remonte dans le car pour voir. Pas question qu'ils vident la bouteille de Beaujo destinée à PassiFlore, ni qu'ils défoncent la boîte de gâteaux bien emballée pour le Grand Blond. Manquerait plus qu'ils croient que j'me balade avec quelque poudre illicite cachée dans ces petits gâteaux pour chien. Je leur précise donc la nature des deux cadeaux. Ils avaient vu, tout vu ce qu'il y avait dans mon grand sac...

"Vous allez où, Madame ? Pour quelle raison ?" "Un Anniblog, c'est bon, remettez votre valise dans la soute et reprenez votre place". Ouf !

3 h 15, arrêt d'une demi heure à Besançon, 4 h 45, passage à Belfort, 5 h 25, passage à Mulhouse, 7 h 00, arrivée place de l'Etoile. Ouf, la roue avant gauche a tenu le coup !

Bien sûr, des douaniers dans un car, en France, ça fait moins peur que des soldats armés qui font intrusion dans un car dans le Yucatan, mais tout d'même, c'est plutôt impressionnant.

Au retour, le "capitaine" est plus jeune, mignon, avec des origines d'Afrique du Nord, cette fois, il a donc pris soin de la "vieille femme" tout au long du voyage commencé à 22 h 30 et terminé avec 1/2 d'avance, sans douane, sans arrêt technique, sans trop d'arrêts d'ailleurs ! Consignes précises et si le capitaine est plus cool, il y a plus de monde, pas facile de dormir. Un seul petit bémol, les prises USB étaient toutes HS ! Un bon point, les sièges étaient impeccables (pas comme ceux du car à l'aller).

Je referai, ce n'est pas la mer à boire. Pour une première expérience, c'est plutôt fun. Et puis, aussi, un aller-retour en deux nuits pour 30 euros, c'est pas cher. Et tout ça m'a permis de passer deux grandes journées avec mes Aminautes et en profiter au maximum. Génial !