Invitée -sans l'être- par Mindounet, ICI, -ou plus exactement le bougre m'a donné envie- je réponds au Questionnaire de Proust. Avec pas moins de 1 824 pages pour les trois premiers tomes de A la recherche du temps perdu, sans compter donc les 4 derniers livres, je capitule avant même de commencer cette lecture. Je me contenterai de relire quelques citations.

 

madeleinedeproust
image du Net

 

• Que sont devenus vos rêves d’enfant ?

Envolés, évaporés... mais j'en fais toujours, on ne sait jamais !

 

 Quelle est votre plus grande addiction ?

Rien à voir avec la Littérature, et même si je suis très raisonnable, j'adore explorer les tables gourmandes de ma région !

 

 Quel est votre juron, gros mot ou blasphème favori ?

Aucun ! On m'a toujours dit que c'était pas bien de dire des gros mots !!! Mais quand même, je dis "m...e" assez facilement. Je dis aussi, en français, "what the fuck", ça va faire plaisir à Poussinet !!!

 

• Quel est le mot que vous détestez le plus et pourquoi ?

"Facture", sans hésitation ! Pourquoi ? Ben parce que j'aime pas trop les payer !

 

 Si vous étiez une figure de style, que seriez-vous ?

Je serai une "litote" (qui consiste à en dire moins pour faire entendre plus)

 

• Quelle facette de votre personnalité gardez-vous secrète au premier abord et pourquoi ?

Là, je cale un peu. Mon côté asocial, car on me trouve très sociable

 

 Quelle serait votre plus belle rencontre littéraire (livre, auteur, lecteur, etc.) ?

Une rencontre avec Gérard Philippe qui me lirait le Petit Prince. Et aussi, bien sûr, un tête à tête avec Mindounet qui arriverait peut-être à me convaincre de reprendre ma lecture inachevée depuis des années de sa Belle du Seigneur !

 

• Quel serait votre plaisir de lecture coupable ?

Sans hésiter un Harlequin pour me divertir après la lecture des livres "imposés" choisis pour la saison 2016-2017 à mon Club de Lecture : ("Titus n'aimait pas Bérénice" de Nathalie Azoulay, Le 4e mur de Sorj Chalandon (en parallèle avec Antigone), "L'Incolore" de Tsukuru Tasaki, "Le soleil des Scorta" et "La mort du roi Tsongor" de Laurent Gaudé, "Profanes" de Jeanne Bénameur, et en, le pavé "L'homme qui aimait les chiens" de Léonardo Paduro). Vous en pensez quoi de ce choix qui ne m'inspire vraiment pas ?

 

 Quel est l’écrivain que vous ne lirez jamais ?

Il y en a tellement que je n'aurai pas le temps de lire... Mais plus jamais, c'est sûr, Jean Taulé après avoir lu Rainbow pour Rimbaud et avoir abandonné Le Montespan.

 

 Quel est le son, le bruit que vous aimez le plus ? 

Le bruit sympathique d'un bouchon de bouteille de Champagne qui délivre mille et une bulles !

 

 Quel qualificatif décrirait votre bibliothèque personnelle ?

"Soénienne" ! car on y trouve plusieurs exemplaires du Grand Meaulne, du Petit Prince, des livres sur les roses et sur les chats, des livres à lire, des Anne Perry rachetés à une collègue de bureau, les livres que j'ai beaucoup aimés, pas mal de livres de poésies, bref, un joli mélange en liberté.

 

 Rédigez votre épitaphe idéale

Enfin ! j'ai pris le temps de mourir...

 

Voilà, si vous avez envie de le faire, vous aurez un article de plus fabriqué en 15 minutes chrono après quelques heures de recherche et de rumination !