Jeu-plumes à thème d'Asphodèle

 avec Miss Aspho

Avertissement : en regardant BFM TV, ce billet "soénien" s'est imposé naturellement et n'engage que moi ; c'est mon choix. La plupart des mots employés tout au long de ce billet l'ont été par des journalistes, je n'ai fait que les reprendre.

Edit du 22/11 : Oups... j'ai oublié la consigne la plus importante : 700 mots... sauf si l'on ne compte pas toutes les citations ! 

"Il y a de certaines gens qui veulent si ardemment et si déterminément une certaine chose
que de peur de la manquer, ils n'oublient rien de ce qu'il faut faire pour la manquer."

Jean de La Bruyère


Voyage dans l'horreur

 

"Ecrire c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit."
Marguerite Duras (Ecrire-1993)

 

Paris

Où fait-il bon même au coeur de l'orage
Où fait-il clair même au coeur de la nuit
L'air est alcool et le malheur courage
Carreaux cassés l'espoir encore y luit
Et les chansons montent des murs détruits
Jamais éteint renaissant de la braise
Perpétuel brûlot de la patrie
Du Point-du-Jour jusqu'au Père-Lachaise
Ce doux rosier au mois d'août refleuri
Gens de partout c'est le sang de Paris
Rien n'a l'éclat de Paris dans la poudre
Rien n'est si pur que son front d'insurgé
Rien n'est ni fort ni le feu ni la foudre
Que mon Paris défiant les dangers
Rien n'est si beau que ce Paris que j'ai
Rien ne m'a fait jamais battre le coeur
Rien ne m'a fait ainsi rire et pleurer
Comme ce cri de mon peuple vainqueur
Rien n'est si grand qu'un linceul déchiré
Paris Paris soi-même libéré

Louis Aragon, 1944

attentats-paris

c'est décidé ce soir je me révolte Ben

Horreur, malheur
Ils nous détestent, ils nous maudissent
Ils sont complètement pourris
C'est la, c'est la, c'est la
Salsa des démons...

Une fois encore, ce vendredi 13, Paris s'est arrêté de respirer

Le poète a toujours raison

Qui voit plus haut que l'horizon
Et le futur est son royaume
Face à notre génération...

Entre l'ancien et le nouveau
Votre lutte à tous les niveaux
De la nôtre est indivisible

Dans les hommes qui font les lois
Si les uns chantent par ma voix
D'autres décrètent par le Coran

Le poète a toujours raison
Qui détruit l'ancienne oraison
Face aux vieilles malédictions...

Il faudra réapprendre à vivre
Ensemble écrire un nouveau livre
Redécouvrir tous les possibles
Chaque chose enfin partagée
Tout dans la vie va changer
D'une manière irréversible...

Louis Aragon


Dans mon doux nid lyonnais, je n'ai pas quitté pas ma télé des yeux, au plus près de l'info. Inutile d'essayer de m'abstraire de ces images. La guerre est en France. Ma France est en guerre. Fermer les yeux ne sert à rien, je ne fais pas un mauvais rêve. Des barbares, oiseaux de proie, sèment la mort en direct à visage découvert.

Paris outragé
Paris brisé
Paris martyrisé...

Charles de Gaulle
mais Paris pas encore libérée de ses assaillants terroristes. Comment imaginer un seul instant m'habiter de tolérance face à leurs explosifs ? Je suis en Résistance, drapée d'indignation, bercée de haine, en pensant à toutes ces jeunes victimes innocentes aux destins brisés. Sans foi ni loi, ces fanatiques les ont criblés de balles, comme des lapins. Je ne peux que riposter avec une armada de mots dérisoires, impuissante, en colère. Il est navrant qu'ils s'explosent, croyant ainsi gagner le Paradis. Mais les derniers guerriers connaîtront l'Enfer sous la poudre des policiers, nos anges gardiens. Un kamikase s'est échappé. Parce que la traque continue, sa cavale va prendre fin ; il n'en réchappera pas.

Sanary-tour-drapeau (2)
photo So'N

La France et le Monde chantent La Marseillaise en karaoké.
Que leur sang impur se répande jusqu'à la dernière goutte !
Que l'on touche à la liberté 
Et Paris se met en colère 
Et Paris commence à gronder 
Et le lendemain, c'est la guerre. 
Paris se réveille 
Et il ouvre ses prisons 
Paris a la fièvre : 
Il la soigne à sa façon. 
Il faut voir les pavés sauter 
Quand Paris se met en colère 
Faut les voir, ces fusils rouillés 
Qui clignent de l'oeil aux fenêtres 
Sur les barricades 
Qui jaillissent dans les rues 
Chacun sa grenade 
Son couteau ou ses mains nues. 
La vie, la mort ne comptent plus 

On a gagné on a perdu 
Mais on pourra se présenter là-haut 
Une fleur au chapeau. 
A n'importe quel prix 
On veut vivre, vivre, vivre 
Vivre libre à Paris. 
Attention, ça va toujours loin 

Quand Paris se met en colère 
Quand Paris sonne le tocsin 
Ça s'entend au bout de la terre 
Et le monde tremble 
Quand Paris est en danger 
Et le monde chante 
Quand Paris s'est libéré. 
C'est la fête à la liberté 
Et Paris n'est plus en colère 
Et Paris peut aller danser 
Il a retrouvé la lumière. 
Après la tempête 
Après la peur et le froid 
Paris est en fête 
Et Paris pleure de joie.

Mireille Mathieu

bruits de mots Ben

Ils ont les armes
On les emmerde
On a le Champagne

Coco
Charlie Hebdo

avec une belle envolée de mots : belle - gardien - destin - lapin - envolée - fermer - souffle - partage -quitter - cavale - s'abstraire - voyage - chose - réchapper - respirer - poète - nid - rêve - vie - doux - (fugue) - oiseau - imaginer - balles - poudre - bercé.