Au moment où ce billet est publié, je suis prête à partir à l'AG de Roses anciennes en France. Celles et ceux qui passeront chez moi n'auront donc pas de réponse à leurs commentaires avant demain.

Jeu les Plumes d'Asphodele

ICI

 

avec les mots : question - inattendu - merci - gâteau - méditer - souplesse - culot - surprise - décision - hasard - inspiration - trouver - hypocrite - goéland - bataille - réflexion - objectif + tourbillonner - turban - tison

 

 

Je m'appelle Mélusine Gâteau, née Tison. Mon prénom c'est pas un hasard. Quand ma mère le cherchait -pour la vie qu'elle disait-, elle a repensé à sa grand-mère qui était couturière. Tout le monde disait qu'elle avait des doigts de fée. Et voilà, Mélusine, comme la Fée, ça ferait drôlement plaisir à mémé Germaine !

Des fois, y'a pas besoin d'avoir l'intellectuel en ennui pour trouver une solution. Faut juste mettre en route son imaginaire. Et pas de querelle de générations non plus, l'inspiration de ma mère était force de loi dans la famille. L'objectif c'était que ma mère sorte pas de ses gonds. Y'avait bien suffisamment d'autres sujets de bataille, surtout avec mon père. A la réflexion, y'avait pas trop de souplesse dans la communication maritale. Les voix montaient "grave" pour parler d'jeune, et les noms d'oiseaux tourbillonnaient comme les mouches, dans la cuisine. Faut croire qu'il avait raison André Breton quand il disait : "C'est la révolte même, la révolte seule, qui est créatrice de lumière". C'est mon grand-père qui lisait beaucoup qui me le disait. Il était très culturé mon pépé. Pendant les vacances, j'aimais bien dormir sur ses genoux quand il méditait, tout seul dans le jardin. Le soir, il me montrait les étoiles, la plus grosse, l'étoile du berger, celle qui guide vers un avenir meilleur, la grande et la petite nounourse, etc. Il aimait bien discuté avec moi. Comme je savais pas grand chose, il avait toujours raison.

Quant à Gâteau, j'ai un peu une indigestion de toutes les réflexions bêtes que j'entends, genre Mélusine Chou à la crème, Mélusine Millefeuille, Mélusine Baba au rhum, Mélusine Quatre Quart, j'ai tout noté sur un carnet. Si vous voulez, je peux vous envoyer la liste complète, pas exhaustive comme ils disent dans les journaux.

Et Tison, alors ! Merci bien. Quand j'étais encore pas mariée, c'était : t'as fait du feu dans la cheminée ? tu brûles ! Et même, plutôt inattendu, "Tison d'Or". Moi, je connaissais pas l'expression, j'avais juste entendu parler mon grand-père, quand j'étais mioche, de la toison d'or de ma grand-mère. Et à chaque fois que je posais la question : "c'est quoi la toison d'or de mémé ?" tout le monde se bidonnait. Bande d'hypocrites. Je vous dis pas ma surprise quand j'ai compris, vingt ans plus tard... Et il disait encore une phrase de l'André B. en se léchant la moustache : "C'est l'attente qui est magnifique", ça le faisait monter plus vite au 7e ciel. Y se prenait pour un goéland, ma parole.

C'est à cause de mon pépé que j'ai toujours aimé les citations. J'ai commencé mon cahier de pensées le 12 décembre 1968 (j'ai bien fait d'écrire la date sur la première page). J'y avais collé des images du film du Grand Meaulnes. Jamais j'aurais pensé que je m'en servirais encore 47 ans plus tard. J'en ai un autre, alphabétique, mais je l'aime moins. Et quand j'étais dans l'ennui dans ma tour, j'avais eu l'idée de faire une liste sur l'ordi, comme ça je l'ai toujours sur moi, sur ma clé USB. Et avec ma tablette, je peux la consulter et la compléter quand je suis au Parc de la Tête d'Or ou dans un autre parc, (y'a pas d'importance, suffit juste d'avoir une connexion wifi free).

Mais pourquoi je vous dis tout ça. Ah ! si je me souviens, c'est à cause d'Asphodèle qui a eu le culot de nous proposer une phrase philosophique de l'écrivain que pépé aimait tant, pour ses Plumes 41 !

 

 P.S. j'avais pas d'idée pour les photos, alors y'en a pas !