J'ai appris en début d'après-midi, le 7 janvier, le drame chez Charlie Hebdo. J'ai été secouée. Je n'ai jamais lu de ma vie ce magazine satirique, mais comme tout le monde, je connaissais les visages de certains de ces dessinateurs, et particulièrement Cabu.

De retour à la maison, j'ai suivi, sans voix, ce drame sur BFM TV.

L'HORREUR.

Et puis, le 8, j'entends une journaliste de cette même chaîne d'infos répéter en boucle : "... des jeunes gens totalement normaux, l'un des deux frères, petit déliquant de droit commun, petit livreur de pizzas, petit trafic de cannabis et puis tout d'un coup ils ont été endoctrinés..."

L'HORREUR.

Les suspect sont de vrais "guerriers" "dont le profil justifierait le passage à l'acte", sans foi ni loi, formatés et déterminés à TUER. Ils avaient tout prémédité. Résultat : 12 17 morts et de nombreux blessés. L'horreur absolue. Je crie intérieurement. Je suis révoltée. Je sors mon fusil. "JE SUIS CHARLIE" moi aussi, même si je suis bien loin de l'esprit Charlie Hebdo, même si je n'ai pris part aux manifestations spontanées organisées dans ma Ville.

Alors, qu'on ne vienne pas/plus me parler de "tolérance" ! Je TUE, mais à petit feu pour que ces barbares aient mal dans leurs têtes et dans corps. Et encore, ils ne souffriront jamais autant que ces pauvres familles endeuillées. Pour qu'elles retrouvent la paix, je PRIE. Ce 9 janvier à 17 heures, il en a été autrement : les 3 terroristes ont été exécutés.

En France, on a vraiment un problème. Comment de tels individus au passé judiciaire lourd, peuvent-ils vivre libres et impunis ?

La peine de mort a été abollie en 1981. Alors là, bravo ! Désormais les assassins ne risquent plus la mort, juste la prison et encore... La preuve, ces ennemis de notre France, bien connus de la Police, avaient déjà été emprisonnés puis libérés...

En France, on a vraiment un autre problème. On trouve toujours des circonstances atténuantes aux délinquants, aux tueurs, aux voleurs, aux violeurs.

Il est grand temps que tout change, en profondeur. Arrêtons enfin de nous voiler la face. Osons parler de la vérité. Que les responsables politiques prennent les mesures nécessaire pour réparer ce qui peut être réparable... Pour la LIBERTE.

 

Y'en a-t-il encore qui oseront dire le contraire ?

 

"...Contre ce crime sans nom, contre ce crime de salopards, contre ce crime d’ennemis de la liberté, contre cette terreur, contre ce malheur, contre cette heure du mal, le silence serait crime. Alors il faut dire, tenter de dire, tenter de redire, tenter des mots presque vains, tenter l’image, tenter la caricature, tenter le dessin, tenter le chant, tenter le poème. Dire pour ne pas faire silence. Ecrire pour ne pas absoudre. Dire encore pour ne pas approuver. Ecrire encore pour refuser l’immonde. Dire toujours pour faire revivre Charlie Hebdo. Ecrire toujours pour que Charlie Hebdo, son esprit, ses mots, ses images, ses caricatures, soient éternels.

Dire sans savoir même qu’écrire. Ecrire en voulant dire, en voulant crier, en voulant hurler, en voulant même assassiner le silence.

Oser prier pour Charlie Hebdo. Oser blasphémer pour Charlie Hebdo. Oser s’encanailler pour Charlie Hebdo. Oser tous les mots pour Charlie Hebdo..." Maître Stéphane Riand

 

Je suis Charlie

image du Net