La lecture se partage. Mes découvertes aussi. Que je vous raconte !

Du 19 au 25 mai, aux Subsistances à Lyon (mais aussi en Rhône-Alpes, se tenaient les 8e Assises Internationales du Roman, AIR - http://www.villagillet.net/portail/air/actualites/

Cette année encore, je n'ai eu que peu de temps pour découvrir cette manifestation annuelle.

J'ai choisi d'assister à la rencontre de Chantal THOMAS, écrivain. (Ne pas confondre avec la pétillante Chantal THOMASS, reine de la dentelle !)

AIR-Chantal THOMAS (4)

Pourquoi ce choix ? pour plusieurs raisons : Chantal THOMAS est née à Lyon, une raison suffisante en soi, mais pas que ! Deux classes ont étudié deux de ses romans, ces derniers mois, la classe de 1ère S4-SI du Lycée Condorcet de Saint-Priest et des élèves de Seconde littéraire & société de l'Immaculée Conception de Villeurbanne -où mes filles ont fait une partie de leur scolarité-. Et enfin, cette similitude de patronymes à un "s" près. Autant de signes qui m'ont donc apostrophée !

Par le tram et sous la pluie, je me suis rendue à l'Artothèque de Saint-Priest. Bien en avance, je me suis réfugiée dans le hall de la mairie où j'ai pu me reposer sans que personne ne me demande rien.

Après le fameux quart d'heure lyonnais de retard, les lectures et débats ont commencé autour de "Les Adieux à la reine" paru en 2002 et porté à l'écran 10 ans plus tard, et "L'Echange des princesses" paru en 2013.

Chantal THOMAS, avant tout historienne et essayiste, est une spécialiste du 18e siècle (elle a consacré plusieurs ouvrages à Marie-Antoinette, Sade et Casanova).

L'Auteur nous a confié qu'elle n'a pas de difficulté de rédaction et jamais de blocage. Elle s'attache à mixer l'Histoire à son imaginaire, aux choses de la vie, à ses émotions intimes suscitées par des faits réels anciens ou d'actualité. Ecrire est pour elle un processus lent.

Chantal THOMAS est une femme très abordable, simple, qui s'est prêtée avec une grande bienveillance à ces échanges avec les jeunes.

AIR-Chantal THOMAS (9)

 

Bref, le temps a passé très vite. Les lycéens étaient attentifs et lui ont posé des questions très pertinentes. Ils ont aimé ces deux livres même si les élèves de l'IMAC ont éprouvé quelques difficultés à propos de quelques descriptions parfois lourdes, du vocabulaire de l'époque et des noms des nombreux personnages de la cour.