Avec 2 jours de retard, voici mon compte à rebours M-7. Faire ce billet le jour de la Toussaint me semblait plutôt étrange. D'ailleurs rien ne presse pour dire tout haut ce que je pense tout bas.

Bizarre... Alors que je crie sans cesse que je n'ai le temps de rien, je trouve le temps long pour ce compte à rebours mensuel, je m'ennuie dans l'attente du jour J. Le temps me dure... J'ai beau avoir l'esprit occupé par un tas de tracasserie, j'y pense tout le temps !

J'ai essayé d'appliquer le théorème de Louis Pauwels : "Quand on dit : soixante ans, entendez : sois sans temps", rien n'y fait même dans ma sexadizaine avancée.

Pendant mes insomnies, au lieu d'écouter Radio Canuts en sourdine -conseil de Pierrot ICI- je répète, façon Coué, "Vivre, c’est se réveiller la nuit dans l’impatience du jour à venir, c’est s’émerveiller de ce que le miracle quotidien se reproduise pour nous une fois encore, c’est avoir des insomnies de joie."  C'est pas mieux que de compter les pattes des moutons. Mes nuits traînent en longueur aussi. Enfin avec ma citationnite, j'apprends que Paul-Emile Victor avait explorer les continents et les méandres du cerveau... Faut pas que j'oublie d'en parler à Antiblues pour qu'il me dise comment installer la fonction "insomnie de joie"...

Bref, novembre sera court car je vais profiter des jours fériés pour allonger les quelques jours de congés qu'il me reste. Ouf, à M-6, j'y verrai plus clair... 2014 ne pourra pas être pire que 2013...

A M-5, tout se mettra en place : j'annoncerai officiellement ma décision de bénéficier de mon droit de retraite !

je verrai enfin le bout du tunnel

Perrache-escalateur