Jeu-plumes à thème d'Asphodèle

 chez Asphodèle

les mots choisis : liberté - fusée - nature - étoile - respiration - steppe - vital - étendue -océan - voiture - majestueux - galaxie - claustrophobie - infini - atmosphère - cosmos + 3 mots : euphorie - évidemment - éclipser

 

Quand le corps dépose les armes, l’âme peut enfin se réfugier dans l'océan infini du Paradis. La nature humaine est ainsi faite. L’Homme bénéficie de deux naissances : celle du corps et celle de l’âme. La 2e, éternelle comme les millions d’étoiles dispersées dans l’étendue de la galaxie, le conduit à la liberté du temps et de l’espace.
 
Peu importe si la mort rompt la triade «âme-esprit-corps», si l’esprit ne dialogue plus avec le corps, l’âme survit…
«Dieu. L’âme. La responsabilité. Cette triple notion suffit à l’homme…» Victor Hugo Testament.

Ligotée dans mon destin pas tous les jours fabuleux, je fais souvent ce rêve majestueux : que mon âme m’offre enfin la liberté de me désolidariser de mon corps. Espérance vitale. Instant fugace. C’est l’euphorie. Mon ressenti d’enfermement, de claustrophobie, dans cette steppe aride d’un corps  vieillissant, s’évanouit.

Evidemment, mon intention n’était pas de plomber l’atmosphère en écrivant ce billet ! Ce voyage intérieur ne requiert ni voiture, ni fusée, juste un peu d’imagination. Il me suffit de contrôler ma respiration et de m’évader dans le cosmos de mes pensées pour éclipser les clairs-obscurs de mon quotidien.

passeur d'âmes

"Passeur d'âmes" - Parc de la Tête d'Or