J'ai bien fait (sur les conseils avisés d'une collègue de bureau dévoreuse de livres) de lire Solal avant de me plonger (si l'on peut dire) dans Belle du Seigneur du même auteur, Albert Cohen. N'étant pas une grande liseuse, j'ai été très surprise par cette écriture et si je n'avais pas eu vos avis unanimes et enthousiastes, j'aurais abandonné...

1110 pages à décortiquer avant le retour de Mind The Gap, quel challenge ! Il ne m'en reste plus 8/10e !

Pour moi, ce n'est pas un page-turner car je ne suis pas une avalectrice. Et voilà le clan de Plume encore en émoi, au bord de la syncope, prêt à jurer qu'elle n'est plus des leurs... Pour les mots bizarres, voir les définitions ICI, la Prof explique très bien ! Là encore, je rejoins Diderot avec sa citation : voir mes Plumes 23... Allez, Fours, il faut naviguer sur le Net, pas que dans Lyon !

page 31 de BDS

"A quarante ans, dotée de peu de chair et d'attraits mais de beaucoup d'os et de verrues, elle parvint à se faire épouser par le brave et faible Hippolyte Deume, un tout petit bourgeois d'origine vaudoise, ancien comptable dans une banque privée de Genève."

Ariane, dans son carnet d'école que Solal lit à son insue, parle de la tante d'Adrien, Antoinette, qui l'a élevé après la disparition de ses deux parents.

La première partie ne m'a pas vraiment tenue en haleine. L'auteur explique la vie du couple, Adrien & Ariane Deume, pour nous permettre de mieux comprendre "la montée en amour" d'Ariane & Solal... Aux pages 300, rien de se passe encore...

BDS-Albert Cohen