Qu’est ce qui m’arrive aujourd’hui, je suis frappadingue de lecture… la la la-la la la ! sur un air de Richard Anthony, ça vous parle un peu ?... ! Et voilà, vous aurez l’air dans la tête pour la journée ! Ah j'entends déjà les Choristes de Laval !

Oui-oui, vous avez bien lu : je lis (bien plus) souvent, même si je me refuse (encore) à faire un STAR ! Et puis, en lisant, j’apprends, j’apprends, comme Lilou : «BAL-PAL-LAL» et encore «RAT» «SWAP» (ça je connaissais mais pas en lecture), «livre-voyageur», «STAR», etc.

Sauf que je suis tellement loin de l’actualité littéraire… C’est mon choix, ça ne me dérange pas de lire à contre courant, ça m’amuse d’oser découvrir certains auteurs, et d’avouer «haut et fort» ce que je lis ! J’ai même proposé de faire voyager «mes» livres jusque chez Asphodèle !...

Je me surprends à fouiner à la recherche du titre qui me plaît. En lecture, comme en Amitié, je fonctionne au feeling. Et, chose que je n’avais jamais faite, j’achète des livres de poche d’occasion chez Emmaüs ou au Foyer Notre Dame des sans abris, et je crois bien que je vais leur rendre une fois lus, ça fera une double BA !

Il faut, bien sûr, que le livre soit très propre, comme neuf, sans pages cornées ou abîmées… J’essaie bien d’y trouver quelques titres que lisent mes nouvelles et nouveaux Amies/s blogueuses/eurs, mais là, même le hasard n’y peut rien. J’ai vu un Jane Austen, mais j’ai renoncé à m’attaquer tout de go à Orgueil et préjugés en anglais ! N'est-ce pas MTG ! en français d'abord !

 pile de livres

Je viens de finir de lire La petite Chartreuse de Pierre Péju (Prix du Livre Inter 2003). L’auteur (je le découvre) est né à Lyon, pratiquement dans la librairie que son père a ouvert l’année de sa naissance (1946 -on a le même âge presque-). Il grandit dans les livres puis se tourne vers la philosophie. Un Lyonnais écrivain, il ne faut pas le manquer !

En 68 cet esprit rebelle, qui adore les contes, devient «agitateur» et fonde la revue «chute libre». Jean-Pierre Sicre, fondateur des éditions Phébus dit de lui : «Péju est un écrivain de l’imaginaire, un courant longtemps souterrain et je trouve bien qu’il ressurgisse aujourd’hui en pleine lumière». (source : extrait d’un article de Delphine Peras «le succès, tous contes faits» - Magazine Lire/octobre 2005)

 la petite Chartreuse 

 

C’est l’histoire de 3 personnages en solitude.

Un libraire, Etienne Vollard, solitaire à l’enfance difficile, hyperrmnésique, est propriétaire d’une boutique «Le Verbe Etre», à Grenoble. Il dévore les livres et les retient par cœur.

Une jeune femme, Thérèse Blanchot, mère d’une petite fille de huit ans, seule et paumée, vient s’installer à Grenoble. Elle est incapable d’assurer son rôle de mère.

Une fillette, Eva, «la petite Chartreuse», attend sa Maman tout le temps.

Un soir de pluie, Thérèse est très en retard. Eva attend, puis panique et quitte l’école en courant. Etienne revient tranquillement, sa camionnette remplie de livres qu’il vient d’acheter.

Il suffit alors de quelques secondes pour que 3 vies basculent dans l’horreur, jusqu’à l’oubli des livres…

pages 66-67

"Lutte quotidienne de l'écriture et de la poussière. Au Verbe Etre, des cartons débordants, des piles de bouquins menaçant de s'écrouler. Anarchie souveraine. Grandiose anarchie. Un mélange des genres et des titres. Une alchimie joyeuse. Et c'est dans ce repaire que, pour quelques billets, l'on pouvait venir, chaque jour, se procurer de la littérature, grande ou populaire, secrète ou classique.

Un lieu que certains jeunes gens de l'avenir ne pourront pas même imaginer parce qu'il n'en existera plus de semblables, qu'on aura perdu ce mélange de l'ordre le plus minutieux et du foutoir, ce mélange d'affection pour les livres et d'entassement sauvage. Un commerce à petite échelle. Trafic discret mais essentiel. Résistance à tout le reste, par les textes, l'impression. Réservoir anodin mais explosif. Stocks de fusées éclairantes, capables d'illuminer le détail d'une vie aussi bien que des pans entiers d'existence "Exemples de choses délicieuses, disait le sage chinois, découvrir un grand nombre de contes qu'on n'a pas encore lus. Ou acquérir le deuxième volume d'un récit dnt on a apprécié le premier volume..."

 j'ai joué avec Chiffonnette

le jeudi c'est citation chez Chiffonnette