Soène aux mots passant

23 juillet 2015

Jeudi en poésie

 

cadenas


Tant de temps

 

Le temps qui passe

le temps qui ne passe pas

le temps qu'on tue

le temps de compter jusqu'à dix

le temps qu'on n'a pas

le temps qu'il fait

le temps de s'ennuyer

le temps de rêver

le temps de l'agonie

le temps qu'on perd

le temps d'aimer

le temps des cerises

le mauvais temps

et le bon et le beau et le froid et le temps chaud

le temps de se retourner

le temps des adieux

le temps qu'il est bien temps

le temps qui n'est même pas

le temps de cligner de l'œil

le temps relatif

le temps de boire un coup

le temps d'attendre

le temps du bon bout

le temps de mourir

le temps qui ne se mesure pas

le temps de crier gare

le temps mort

et puis l'éternité

 

Philippe SOUPAULT

Philippe Soupault par Robert Delaunay

 

et le temps de bloguer alors ?

Ce "révolté désinvolte", mort il y a seulement une quinzaine d'années à 92 ans, journaliste entre autre, a-t-il au moins goûté aux joies virtuelles ?...

J'ai aimé ce poème bien rythmé qui coupe un peu le souffle à sa lecture. Le temps c'est un peu mon obsession !

horloger St-Paul

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


20 juillet 2015

Le défi du 20 avec M@ryline

Après avoir tant bien que mal surmonté la période caniculaire lyonnais, que les juillettistes pensent (déjà) à reprendre le boulot et les aoûtiennes sont prêts à partir, je prends mon temps pour en faire le minimum !

Pour son coaching du "Défi de ce 20" estival, Maryline nous a proposé "le rire" avec une citation de Victor Hugo : "Le rire, c'est le soleil, il chasse l'hiver du visage humain." Qu'est-ce qui vous fait le plus rire ? Votre plus grand fou rire ou une situation comique vécue... et pourquoi pas une histoire drôle ?

piscine

 

Laissez-moi rire ! Enfin, je ris jaune en pensant à l'histoire drôle que je dois raconter à la fin.

Comme Maryline nous met d'emblée sur la piste littéraire, je me suis aventurée à dénicher d'autres textes, poésies et citations sur ce thème léger et plutôt marrant.

Chamfort

 

"Le rire,
Pour rire,

Quitta les hommes,
Ce fut navrant,
Fallait voir comme,
Mais le rire,
Bonhomme,
Regagna son home,
Riant, riant,
De voir comment,
Un homme sans rire
N'est plus un homme."
 
Andrée Chedid "Le coeur et le temps"

 

clown
image du Net

 


"Je ris

Je ris
Tu ris
Nous rions
Plus rien ne compte
Sauf ce rire que nous aimons
Il faut savoir être bête et content..."
Blaise Cendras


"Savoir être bête et content" ! Tout le monde connaît la Vache célèbre, le jeu du petit cochon, et tant d'autres bêtes qui rient aussi, chat, chien, cheval, et les nôtres nous font rire avec leurs drôles de têtes et leurs pitreries.  

Vache qui rit

 

cheval qui rit
image du Net

cochon qui rit

Natty qui rit
Miss Natty

 

 

 MDR !
   LOL !  

Que ferions-nous sans ces expressions de nos temps modernes qui s'animent de mille et une façons sur nos écrans numériques et employées à tous moments !

Mais attention : "Qui rit vendredi, dimanche pleurera" !

Les comiques et humoristes ne me font pas rire. Je n'aime ni les regarder ni les écouter et encore moins les lire. Certains, certaines, même, m'agacent prodigieusement ! Et je voudrais bien savoir comment ces gens sont dans leur vie privée...

"L'homme souffre si profondément qu'il a dû inventer le rire." Nietzsche

 

Rire-Magritte

"Rire" - Magritte

 



Peut-on rire de tout ? Geluck, Cabu, Desproges et d'autres l'affirment avec applomb. Moi, j'affirme que non...

Cabu
image du Net

 

chat au revoir

 et pour finir
ma petite histoire drôle

Une très belle femme frappe à la porte de son voisin et lui dit :

- J'ai une envie folle de m'amuser, de me saouler et de faire l'amour toute la nuit... êtes vous occupé ce soir ?
- Non ! répond le voisin tout heureux 
- Alors, vous pouvez garder mon chat ???

 
Rendez-vous le 20 août
pour le Défi de Mammylor

 

Bel E T E
à celles et ceux qui passez

 

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juillet 2015

Cohabitation

"Nombreuses sont les feuilles de l'arbre, mais la racine est unique"
Sagesse chinoise


Sagesse lyonnaise !

a-5e-racine-mur (1)

arbre dans mur5e

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juillet 2015

Jeudi en poésie

"Si tu ne peux voyager, parcours le monde par tes lectures", Stevenson a raison. Avec un bon livre, on peut échapper à son quotidien... Une évidence pour celles et ceux qui aiment lire.

Inutile de défendre la cause des livres, hein Miss Aspho ! Cinq semaines au centre avec des livres comme compagnons pour t'aider à passer ces journées sans fin et libérer (autant que possible) ton esprit de tous tes questionnements et soucis de logistique. "Telle est la cause des livres, celle du cadeau gratuit, des bonheurs qu'on n'a pas mérités, de l'imagination en cavale et de l'échappée belle." Mona Ozouf.

Pas vraiment une poésie mais des conseils, ou plutôt une recette à mijoter au quotidien ! Ce texte du 19e siècle n'a pas pris une ride.

 

 Comment être heureux

 

1. Décide d’être heureux. Apprends à trouver du plaisir dans les choses simples.

2. Tire le meilleur parti possible de tes situations. Nul ne possède tout et tout le monde a une certaine tristesse mêlée aux plaisirs de la vie. Le secret consiste à rire plus qu’on ne pleure.

 3. Sois indulgent avec toi-même. Ne te prends pas trop au sérieux. Et ne crois pas que tu dois être protégé des malheurs qui frappent les autres.

 4. Ne te soucie pas des critiques. Tu ne peux plaire à tout le monde.

 5. Fixe tes propres normes et tes propres buts. Sois toi-même et explore tes propres limites.

 6. Fais ce que tu aimes faire, mais sans t’endetter.

7. Ne cherche pas les ennuis. Les fardeaux imaginaires sont plus lourds à porter que les vrais.

 8. Débarasse-toi de tes rancoeurs. La haine, l’envie et la colère te rongeront de l’intérieur.

 9. Multiplie tes intérêts. Si tu ne peux voyager, parcours le monde par tes lectures.

 10. Ne te laisse pas terrasser par les regrets. Surmonte tes tristesses et tes erreurs et ne conserve que les leçons utiles qu’elles t’ont apprises.

11. Fais ce que tu peux pour les gens moins fortunés que toi.

12. Tiens-toi occupé. Quiconque est très occupé n’a pas le temps d’être malheureux.

 

Robert Louis Stevenson, 1850-1894

 

 

graffitis collés 4e (4)

graffiti mural collé - Lyon

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

13 juillet 2015

Au château des CLAUDEL

 

Brangues-Paul Claudel (20)

 

MB-Brangues château 01 (1)

 

Ce lieu, apaisant et magique, saisit le visiteur tellement il est encore rempli de la présence de Paul CLAUDEL, (1868-1955), frère de Camille C.

MB-Brangues château 01 (4)

A la sortie du petit village de Brangues, "village de littérature", dans la campagne iséroise tout près de Morestel, le château se cache à l'abri des regards, dans un immense parc, écrin de verdure et de sérénité.

ICI toute l'histoire du château, propriété privée appartenant aux descendants de l'écrivain, encore habitée que l'on peut visiter.

"Le bonheur n'est pas le but mais le moyen de la vie". Paul Claudel, Oeuvre poétique

Oubliant volontairement les commentaires abondants de la guide locale, je retiens juste l'atmosphère particulière de ces lieux encore tellement empreints de la personnalité troublante de Paul Claudel.

a-Brangues-Paul Claudel (1)

 

A l'espace d'expositions Claudel-Stendhal

Visite Brangues - château Paul Claudel

 

une incroyable rencontre avec Audrey Parr, la "fée Margotine", "fournisseuse de joie et de soleil" d'après Paul Claudel.

a-Brangues-Paul Claudel (3)

Cette jeune beauté, d'origine polonaise, brésilienne par sa mère et alsacienne par son père, était une "artiste dotée d'une grande intelligence, gaie, spirituelle, talentueuse pour la décoration, à la fois maquettiste, costumière, décoratrice, scénographe et illustratrice." Invitée à Brangues, elle tisse des liens d'amitié avec la famille de Paul Claudel et ses aquarelles sont le témoin de son attachement à ce lieu privilégié.

"Lorsque la fée Margotine tombe par la cheminée, le poète vieillissant s'enflamme et sa plume se déchaîne"... Une complicité artistique se crée entre le poète et la fée, un point c'est tout ?

a-Brangues-Paul Claudel (5)


"L'ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l'imagination."
Le soulien de satin

Brangues-Paul Claudel (10)

A propos de ces deux êtres, je me perds avec délice dans un total débordement imaginaire !

a-Brangues-Paul Claudel (4)

 

Mais l'histoire de Brangues est aussi liée à "l'affaire Berthet" (1827). Antoine Berthet et Julien Sorel... Bon sang, mais c'est bien sûr, c'est ce fait divers qui a inspiré Stendhal pour écrire Le Rouge et le Noir, paru en 1830.

a-Brangues-Paul Claudel (9)

 

a-Brangues-Paul Claudel (8)

 

En 1906, Paul Claudel épouse, à Lyon, Reine Sainte-Marie Perin (la fille de l'architecte de la Basilique de Fourvière). En 1927, il achète ce château et s'y installe. Il aime s'y réfugier, de son vivant jusqu'à l'éternité.

"Creuse ce jardin comme une tasse où tu viendras goûter l'elixir de tout ce paysage aromatique". Cent phrases pour éventails.

Il choisit ce coin "japonisé" (aménagement offert par Takatoshi Takemoto en hommage à l'admiration que portait Paul Claudel pour la culture du Japon), accessible par un petit pont rouge

 

MB-Brangues château 01 (5)

endroit sauvage et solitaire, "dans le point le plus reculé de mon jardin" pour y être enterré aux côtés de son petit fils Charles-Henri (mort à deux ans en 1938). Son épouse les rejoint en 1973.

Sur la tombe, on peut lire l'épitaphe : "Ici reposent les restes et la semence de Paul Claudel", message d'espoir inspiré de l'épître de Saint-Paul.

MB-Brangues château 01 (6)

 

a-Brangues-Paul Claudel (10)

MB-Brangues château 01 (8)

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,



09 juillet 2015

Jeudi en poésie

En solitaire, mais surtout en communion de pensées avec Asphodèle, j'ai décidé de "poétiser" tout au long de ces jeudis d'été.

 

Par une belle journée d'avril, dans le cadre des visites commentées de l'Association 2AUTA, j'ai visité le petit village de Brangues et son château, propriété de la Famille CLAUDEL.

 

Inspiré par Rimbaud, Paul Claudel a écrit plusieurs poèmes.

La Pluie

Par les deux fenêtres qui sont en face de moi, les deux fenêtres qui sont à ma gauche, et les deux fenêtres qui sont à ma droite, je vois, j’entends d’une oreille et de l’autre tomber immensément la pluie. Je pense qu’il est un quart d’heure après midi : autour de moi, tout est lumière et eau. Je porte ma plume à l’encrier, et jouissant de la sécurité de mon emprisonnement, intérieur, aquatique, tel qu’un insecte dans le milieu d’une bulle d’air, j’écris ce poème. Ce n’est point de la bruine qui tombe, ce n’est point une pluie languissante et douteuse. La nue attrape de près la terre et descend sur elle serré et bourru, d’une attaque puissante et profonde. Qu’il fait frais, grenouilles, à oublier, dans l’épaisseur de l’herbe mouillée, la mare ! Il n’est pas à craindre que la pluie cesse ; cela est copieux, cela est satisfaisant. Altéré, mes frères, à qui cette très merveilleuse rasade ne suffirait pas. La terre a disparu, la maison baigne, les arbres submergés ruissellent, le fleuve lui-même qui termine mon horizon comme une mer paraît noyé. Le temps ne me dure pas, et, tendant l’ouïe, non pas au déclenchement d’aucune heure, je médite le ton innombrable et neutre du psaume. Cependant la pluie vers la fin du jour s’interrompt, et tandis que la nue accumulée prépare un plus sombre assaut, telle qu’Iris du sommet du ciel fondait tout droit au cœur des batailles, une noire araignée s’arrête, la tête en bas et suspendue par le derrière au milieu de la fenêtre que j’ai ouverte sur les feuillages et le Nord couleur de brou. Il ne fait plus clair, voici qu’il faut allumer. Je fais aux tempêtes la libation de cette goutte d’encre.

Paul Claudel


Tout à fait d'actualité, après les journées de canicule vécues à Lyon, étrangement j'ai envie de pluie ! Et puis, ça me forcera à préparer un billet sur ce château privé.

grenouille vivante
grenouille au Parc de la Tête d'Or

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2015

Seigneur ! ces seniors

Vive les Vieux ! Aux Editions de l'Opportun, Olivier Calon, ancien rédacteur en chef du magazine Notre Temps (que je lis !) donne 85 bonnes raisons de penser que le vieillissement est une chance.

C'est pas Michel Drucker, le senior préféré des Français, qui dira le contraire ! Ni moi, ni tous mes Amis sexas non plus.

Senior is beautiful ! C'est encore J-C. M. qui l'affirme sur Notre Temps de juillet. Décidément, il me plaît bien ce J-C. M. Et il n'est pas le seul à parler des Anciens ; je le cite : "Les seniors ont la cote et la maturité glamour enthousiasme la Presse. Le gris est le "nouveau blond" annonce Le Figaro Madame, "Vive les cheveux blancs" s'exclame Elle. L'Officiel salue les mannequins seniors qui posent pour les magazines de mode internationaux. O, le cahier tendenca de l'Obs, consacre "le triomphe des vieux beaux" : pop stars, mannequins. Pimpante senior en Une, Pélerin explore les pistes prometteuses de la silver économie. Next, le supplément de Libération, consacre un article à l'astronaute Buzz Aldrin, 85 ans, qui milite aujourd'hui pour la course vers Mars. Assurément, les tempes argentées sont tendance aux yeux de quelques uns!"

Que de conseils sont dispensés dans NT : mémoire, sommeil, alimentation, sexualité, loisirs, argent, etc. L'essentiel y est raconté.

On nous envie : quand on est senior, tout est moins cher, prix cassés à la SNCF, au cinéma, dans les musées, les bus, chez les voyagistes et autocaristes.

Même au resto, les prix sont allégés mais pas les menus, hein, les seniors ont bon pied, bon oeil et un estomac à toute épreuve.

 

 pizza senior

 

Une pizza de 33 cm, une vraie affaire ! Oui So'N, mais ça, c'était avant... Faut se consoler comme on peut, un pot de crème c'est plus coûteux mais réparateur...

Diadermine

Diadermine spécial seniors

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2015

Rosa Candida

 

Rosa Candida

Rosa Candida
de Audur Ava Olafsdottir
(traduit de l'islandais par Catherine Eyjolfsson)
Editions Zulma

 

En 2012, ClaudiaLucia avait fait un billet sur ce roman ICI.

Lors du Congrès mondial des Roses, quelques stands de ventes s'étaient installés dans le grand hall du Centre des Congrès. La Librairie "L'Esprit Livre" de la rue du Dauphiné (Lyon 3e), qui vendait des livres sur le thème des roses, m'a conseillé ce roman.

 

Arnljotur, doué pour les études mais qui rêve d'être jardinier, choisit de quitter l'Islande, sa terre natale, y laissant son père et Josef, son frère jumeau autiste, pour aller restaurer "le merveilleux jardin des roses célestes" tel qu'il est nommé dans les vieux livres qu'il aimait feuilleter avec sa mère. Pas remis du décès accidentel de cette mère qui le comprenait et qu'il aimait tant, il s'évade sur le continent avec quelques boutures de Rosa Candida, rose à huit pétales, cueillies dans la serre familiale où il passait tant de temps.

Après un long périple et une crise d'appendicite, il arrive enfin au Monastère, sur le continent, perché au milieu de nulle part, où l'accueille le moine sage, Frère Thomas.

Ce jeune homme de 22 ans, intelligent et sensible, fait face au quotidien à quelques "démons", des questions existentielles sur le corps, la mort, l'amour et le hasard, sujets qu'il peut enfin aborder avec Frère Thomas, cinéphile averti, qui lui apporte des réponses apaisantes en puisant dans son impressionnante cinéthèque.

Père par hasard -encore le hasard- il va devoir prendre ses responsabilités et assumer sa paternité pour une délicieuse Flora Sol, conçue dans la serre lors d'une "rencontre fortuite" avec Anna, étudiante en génétique.

"Je suis obligé de me demander comment deux personnes, qui ne se connaissent pas, aient pu faire pour fabriquer un enfant aussi divin dans des conditions aussi primitives et inadéquates que celles d'une serre. Il s'en faut de peu que je n'éprouve du remords."

En désaccord de pensées avec son père qui soutient que "le monde tient par des chiffres ; ils sont au coeur de la création et on peut lire dans les dates une vérité profonde, y voir de la beauté", il garde cependant le lien par téléphone et essaie de le rassurer sur sa nouvelle vie.

Mais il sait à merveille tisser des liens d'amour avec sa fille et pourquoi pas des liens d'Amour avec la mère de son enfant.

 

De roses, il n'est pas beaucoup question. C'est le seul regret que j'ai après lecture de cette histoire d'une délicate tendresse.

Audur Ava Olafsdottir écrit dans "L'exception" : "L'improbable a bien plus de chances de se produire dans la vie que dans un roman. A la différence de la vie, ce qui se passe dans les livres est plutôt provisible."

Subtilement, l'auteur termine Rosa Candida, nom de cette rose à huit pétales qui n'existe pas, nous laissant libre d'en imaginer la suite et peut-être qu'un jour, un rosiériste de génie hybridera cette rose pourpre ?

 

L'auteur : Romancière islandaise, née en 1958, elle a fait des études d'histoire de l'art à Paris puis a été Maître assistante d'histoire à l'Université d'Islande. Elle est actuellement Directrice du Musée de cette même Université. Audur Ava Olafsdottir est très active dans la promotion de l'Art. Finaliste du Prix Fémina et du Grand Pric des lectrices de Elle.
Ce roman a été traduit dans 18 pays depuis sa parution.

Posté par Soene à 08:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2015

Pomme et pomme

Voir New York et mourir ! A chacun ses envies. D'mon temps, c'était Capri. Tout fout l'camp.

Dans son billet énigmatique ICI (mais pas trop, hein !) Antiblues nous annonçait son départ en aventures. Heureusement qu'Edualc le littéraire m'a donné la clé de la destination ICI

La big apple attire, fascine et séduit tous ceux qui la visitent. On dit aussi que New York n'est pas le reflet de l'Amérique. Moi, elle ne me tente pas, énorme et tentaculaire, grouillante et remplie de buildings qui se dressent comme des flèches parfois menaçantes.

Moi, vous me connaissez, pur produit made in France et fière de l'être, qu'irais-je y faire ? Et peut-on être à l'unisson d'un pays qui n'aime ni le cambembert ni le saucisson ?

Pendant que Antiblues va nous raconter sa découverte, moi, j'attends chaque jour l'heure du goûter pour croquer ma grosse pomme. Dodue, colorée, juste un peu sucrée -et bourrée de pesticides- elle est devenue le coupe-faim idéal. Elle me fait fondre de plaisir en faisant fondre ma graisse en excédent. Après une analyse de ma composition corporelle, il m'a fallu digérer que j'étais en surpoids, c'est mon IMC qui l'a dit !

 

pomme (2)

 

T'as croqué la grosse pomme à pleines dents, Antiblues ! C'est mon tour de déguster la mienne. Et je fonds. Si, les centimètres s'en vont. Adieu eau et capitons ! Me voilà fin prête pour aller solder demain !

 

soldes

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2015

Le défi du 20 avec Sophie

Pour son Défi du 20 juin, Sophie a choisi comme thème les "couleurs" : avez vous une couleur préférée, pourquoi avoir choisi telle ou telle couleur pour votre intérieur ?

 

a-La vie est belle

  

citations-reve-ta-vie-en-couleur

image du Net

 

"Si le présent est froid, nu, mesquin, l'avenir est bleu, riche et splendide." Honoré de Balzac (Illusions perdues)

Sans hésitation, ma couleur préférée est le BLEU, du ciel au marine. 

Sinon, j'aime plutôt les couleurs douces et pastel, le blanc et le rose, mais pas l'orange, mauve et vert. Et si par hasard, je change mes habitudes, je le regrette et reviens au bleu. Le noir m'habille aussi très souvent. En noir et blanc, c'est chic aussi !

 

Musée Confluent (5)

 robe "fibre" Brochier -Musée des Confluences-

Le bleu, cette couleur primaire, se décline en un grand nombre de nuances, saphir, turquoise, lavande, azur, nuit, layette, pétrole, Guimet (Jean-Baptiste Guimet était originaire de Fleurieu sur Saône dans le Rhône), Majorelle, ciel, marine, cobalt, outre mer, etc.

 

bleu Guimet

bleu Guimet
Musée des Confluences

Brasserie Confluence

 

"... C'est un pays qui s'habille de couleurs, de pourpres nymphéas et de bleus insensés,
C'est un pays qui s'habille de couleurs, l'oeuvre à n'en pas douter d'un immense couturier.
Mes robes fluides viennent de là-bas, des djellabas, leurs reflets de terre et d'épices des oasis,
Toute cette beauté dans mes dessins et mes dentelles, je la saisis dans le jardin Majorelle..."
Alain Chamfort (Majorelle)

jardins Majorelle

 Jardin Majorelle au Maroc
-photo du Net-

 

"L'amour change la couleur du temps. Des points lumineux s'allument, s'éteignent, se rallument après des années. Les mois, les semaines, les jours sont multicolores. Il en est de noirs, de bleus, de rouges, d'écarlates. Le temps n'est plus un long chemin qui s'étire tristement. C'est un feu d'artifice où les fusées de la joie s'efforcent d'éclairer la nuit obscure". Jacques de Bourbon Busset (Lettre à Laurence)


à vendre
petit veau arc en ciel

vache-fleuriste St-Jean

 "Si je n'ai pas de bleu, je mets du rouge" Picasso

La Madelon
et ses illustres compères Guignol et Gnafron

Madelon

Guignol

 

Ce serait un crime de ne pas évoquer des couleurs "gourmandes", suggestives, alléchantes et goûteuses ! Les teintes acidulées des macarons, le rose, vert et noir du cervelas truffé-pistaché, la blancheur du cardon à la moëlle, et tant d'autres choix dans le répertoire gastronomique lyonnais !

cervelas Pignol

 

P1110101

café gourmand La Coquette(2)

 

Sans oublier toutes ces expressions agrémentées de bleu : papillon, mots, flots, ciel, peur, colère, yeux, eaux, cordon, sang, carte, fleur, l'or, etc.

 

Ce petit tour d'horizon m'amène à la dernière interrogation de Sophie. A la maison, c'est le blanc qui domine avec juste quelques touches de fantaisie (nappe "tour Eiffel" cousue avec du tissu venu d'Australie), mais si peu, vous me connaissez !

a-nappe tour Eiffel

 

royaume d'une boule de poils "tricolore" animée qui a joyeusement massacré mes 3 plantes vertes...

 

a-Natty-5-06-15 (8)

 

 Rendez-vous le 20 juillet avec le(2e) Défi de M@ryline

Posté par Soene à 07:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , ,